Dans les Gorges du Méaudret…

Il s’en passe des événements dans ces jolies Gorges du Méaudret, parfois surprenantes , parfois comiques, parfois tragiques et d’autres fois à une seconde de l’être.

C’est d’une de ces secondes là que je viens vous narrer. Mais avant de lire les lignes suivantes afin de les comprendre, je vous invite à relire mon article paru en 2013, dans initiatives-vercors.fr. Les aléas de la vie ont fait que de cette équipe, cinq ans après, trois chauffeurs sont encore au volant de « nos » bus, Frank, Julien et Christofer ; d’autres sont arrivés pour compléter l’effectif, dont Brice et Marie. Christiane, la Responsable de la Gare Routière de Villard-de-Lans, est toujours à ce poste.

C’était le mardi 11 septembre dernier, le soleil inondait de ses chauds rayons toute cette merveilleuse région, quelques oiseaux vagabondaient d’un arbre à l’autre, des vaches et leur veau ne regardaient pas la circulation des automobiles mais broutaient paisiblement dans les prairies. Un bus, venant de Méaudre et allant à Villard-de-Lans, roulait tranquillement sur cette jolie route en lacets entre coupée de courtes lignes droites. Outre le chauffeur, Brice, il y avait une passagère à bord. Brutalement, à 13 h 45, il fut immobilisé : venant dans l’autre sens, sans doute de Villard de Lans, coupant la ligne blanche, une petite voiture rouge s’est dirigée vers le bus à vive allure ; ce fut, avec force, l’inévitable collision.

Grâce au sang-froid de Brice et à sa maîtrise de son mastodonte, le pire fut évité. Pas de morts, ni de blessés graves mais, dans le bus, deux personnes ont été moralement très « secoués », la passagère a perdu connaissance 2 ou 3 secondes du fait du choc ; le Méaudret est en contre-bas, le bus penche sur sa droite, son pneu gauche a éclaté, sa batterie est détruite bloquant tout à l’intérieur, y compris la possibilité de sortir normalement par l’une des deux portes. Et puis, toute la fumée émanant du choc extérieur, a fait craindre un incendie : que faire tout est bloqué ! De part et d’autre de la route, les véhicules ont été bloqués, quelqu’un a passé un gros marteau et une veste à capuche au chauffeur afin de briser la vitre centrale, des bris de verre l’ont blessé à une main. Des cartons ont été pliés et placés sur le bord du bas de cette fenêtre. Marie, également conductrice de bus, au volant de son véhicule privé, est immobilisée dans la file de face. Collègue de Brice, elle est grimpée à bord avec la rapidité d’un chat pour soigner sa blessure et le réconforter ainsi que la passagère ; mais même l’escabeau placé au bas de la fenêtre brisée n’a pas permis à celle-ci de sortir, une terrible douleur a bloqué sa jambe gauche et sa cheville droite. « Il vaut mieux attendre les pompiers » a-t-elle dit, « alors je reste avec vous » a prononcé Brice, le capitaine de l’autobus naufragé. L’angoisse de chacun des deux a diminuée du fait de la présence de Marie et de ce que le feu n’a pas pris.

L’attente des pompiers est toujours trop longue, même s’ils sont arrivés vite de Villard-de-Lans, avec la Gendarmerie. Ils ont évalué les dégâts, questionné Brice : « combien êtes-vous dans le bus, êtes-vous blessés ? » ; « nous sommes deux, dont une dame, passagère ; pas moyen d’ouvrir les portes ». Un pompier a réussi à le faire de l’extérieur, les a rassurés sur la sortie, puis il a entrainé la passagère vers l’extérieur. Du haut de la porte, elle a paniqué « je ne tiens pas bien debout, je ne voudrais pas que vous basculiez en arrière »… En fait, l’espace plat est de la largeur d’un pied, la pente commence là où se tiennent, en très bon équilibre, deux pompiers « n’ayez crainte, posez votre pied contre le mien, venez… ». A trois, ils l’ont rassurée et rapidement entrainée sur le bord de la route, Brice et Marie l’ont suivie.
Ce n’est qu’assise dans l’ambulance qu’elle a éclaté en sanglots, les nerfs ont lâché prise, le contre coup. Son humour a vite repris le dessus « et dire qu’il aura fallu cet accident pour que je sois entourée de tant de beaux hommes !!! » De grands éclats de rire ont raisonné, la détente s’est installée.

Le responsable de l’accident, un commercial d’une cinquantaine d’année, sorti indemne de sa voiture, juste avec une égratignure sur le visage, l’air quelque peu ahuri, ne cessait de s’excuser « j’ai voulu baisser le son de ma radio, je n’ai pas réalisé… » qu’il arrivait à grande vitesse droit sur le bus ?? « N’est-ce pas plutôt votre téléphone que vous cherchiez ? » lui ai-je demandé « Non, non, ma radio…. » Evidemment, il ne pouvait pas le dire, son permis de conduire, lui aurait été retiré, illico.

Merci à Brice qui nous a sauvés d’un bain de pieds forcé dans le Méaudret, aux automobilistes compatissants, aux Pompiers de Villard-de-Lans arrivés au plus vite avec la Gendarmerie, à Marie et à Jean-Noël dont la présence inattendue a été réconfortante… La passagère, c’était moi ; il m’a fallu une semaine pour me remettre, moralement, de cet accident qui m’en a rappelé d’autres et vous en parler. Brice a courageusement repris le volant d’un autre bus afin de terminer sa journée. Marie m’a téléphoné pour prendre de mes nouvelles et a répondu à ma question, « Brice va bien, et sa blessure aussi, mais il pense tous les jours à cet accident ».

Comment peut-on rouler aussi vite sur ces routes à lacets avec si peu d’attention ? Comment est-il possible d’être au volant d’un véhicule sans aucune conscience des dangers et des responsabilités à l’égard des autres usagés ? Ainsi que je l’écrivais naguère, c’est tous les jours à chaque fois qu’ils sont au volant de leur bus que les chauffeurs risquent leur vie du fait du comportement fou de certains automobilistes. Mais j’ajoute : les conducteurs de taxis, VSL ou non, d’ambulances et tous les particuliers consciencieux de leurs responsabilités au volant.

Certains des usagés, y compris les motocyclistes et les vélocipédistes ne roulent pas sur leur bande, quelques-uns, se portent à gauche pour tourner à droite, plusieurs sont encore avec leur téléphone en main…
Et pour terminer, n’ayant pas de voiture, je fais beaucoup d’auto-stop : venez tenter votre chance de survie dans les Gorges de la Bourne ou du Méaudret… et parfois sur d’autres routes, hélas.

Henrianne van Zurpele pour www.initiatives-vercors.fr – 17 septembre 2018.
Crédit photos : Jean-Noël Gouy, Taxis des 4 montagnes.



Partagez cette info sur...


REAGIR / PROPOSER... Commentaires sous la responsabilité de leurs auteurs, sans engager l'auteur de l'aticle ci-dessus ou le site.

Messages

    bonjour

    oui la chance est au rendez vous cette fois ci mais je tiens quand même a rectifier. Brice votre chauffeur est lui prudent c’est loin d’être le cas de tout vos chauffeurs qui roulent comme des malades coupant les virages et ne mettant pas les clignotants pour changer de direction. Alors la petite voiture rouge n’a t elle pas été surprise par un évènements de ce type !!! je roule matin et soir sur cette route et j’aurai un grand livre d’anecdotes sur ce trajet.

    Réponse à Mure Ravaud : il y a confusion, je suis journaliste et donc pas à la tête d’une compagnie de bus. Je vous invite à relire l’article et regrette que vous n’étiez pas dans ce bus, vous auriez ainsi vécu l’accident de l’intérieur. Posez donc la question directement à la Gendarmerie et aux Pompiers de Villard-de-Lans (date de l’accident : 11/09/2018) pour avoir réponse à votre question. Il y a de nombreuses années que je me déplace avec ces bus et ce que vous écrivez est bien injurieux à l’égard des chauffeurs de cette ligne. J’apprécie peu que vous mettiez en doute mon récit.

    bonjour,

    oui la presse !!!!!!!!!!!!!!!! Malheureusement pour vous nous aussi on a le DROIT de dire tout haut ce que l’on pense, madame ! vous n’avez pas le monopole du récit . Votre expérience est la votre je n’en doute pas au vu des dégâts de la petite voiture rouge que je vois tout les matins au garage des 4 M. Moi, je vous dis encore un fois QUE tous les chauffeurs de bus ne sont pas comme Brice Voilà tout. Après mettre en avant votre position de journaliste ! Sachez que ça nous fait rire ... le lambeda moyen sait aussi faire ce genre de récit que l’on voit trop souvent sur le DOBE arrangé à la sauce "mélange aux épices". A bonne entendeur salut bien chère madame.

    force est de constater que tous les chauffeurs n’ont pas une conduite irréprochables. heureusement la majorité, oui !
    mais quand je monte dans un car de transisere du plateau, suivant le chauffeur (H ou F), je sais si la conduite va être agréable, tout en douceur, respectueuse du code de la route ... ou si je vais avoir mal au dos, être secoué et m’affligeait devant le non respect du code !
    un exemple dernièrement, entre autrans et villard justement : passage devant la station essence d’autrans à 65km (zone 50) , poussée jusqu’à 100 à partir de la dechetterie ! , traversé de Méaudre à 50 (zone 30).. et j’en passe. avec du coup aucun respect des horaires des arrêts intermédiaire entre les villages. Et la sécurité, le non respect des limitations de vitesse ! Ca c’est pas défendable.

    Réponse aux deux inconnus du 4 octobre : Il vous est tout à fait possible d’écrire à la Responsable du Bureau des bus de Trans Isère à Villard-de-Lans, Gare Routière, pour lui faire part de vos doléances en mentionnant le n° du bus, l’heure et le jour du voyage ; et surtout en n’oubliant pas de signer votre courrier et de mentionner votre adresse afin qu’il soit possible de vous répondre en direct.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Pas de message anonyme ! Dîtes qui vous êtes (au moins le prénom) et laissez votre adresse email pour être prévenu(e) d'une éventuelle réponse...
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document




Les pages "village"...

Auberives-en-Royans ... Autrans ... Beaufort-sur-Gervanne ... Beauvoir-en-Royans ... Bouvante ... Chamaloc ... Château-Bernard ... Châtelus ... Châtillon-en-Diois ... Choranche ... Combovin ... Corrençon-en-Vercors ... Die ... Échevis ... Engins ... Gigors-et-Lozeron ... Glandage ... Grenoble ... Gresse-en-Vercors ... La-Chapelle-en-Vercors ... Lans-en-Vercors ... Léoncel ... Malleval ... Méaudre ... Oriol-en-Royans ... Ponet-et-Saint-Auban ... Pont-en-Royans ... Presles ... Rencurel ... Rochechinard ... Romeyer ... Saint-Agnan-en-Vercors ... Saint-Andéol ... Saint-André-en-Royans ... Saint-Gervais ... Saint-Hilaire du Touvet ... Saint-Jean-en-Royans ... Saint-Julien-en-Quint ... Saint-Julien-en-Vercors ... Saint-Laurent-en-Royans ... Saint-Martin-en-Vercors ... Saint-Martin-le-Colonel ... Saint-Nazaire-en-Royans ... Saint-Nizier-du-Moucherotte ... Saint-Romans ... Sainte-Croix ... Treschenu-Creyers ... Vachères-en-Quint ... Vassieux-en-Vercors ... Villard-de-Lans ...