[Tribune] Le Trophée Andros a-t-il sa place dans le Vercors ?

"A Lans en Vercors, une femme s’oppose au Trophée Andros  [1] : Madame Catherine Brette (EELV Isère), Présidente du Parc Régional du Vercors… Il est bien évident qu’un tel avis est la cause d’un remous sur le circuit et même plus loin car, sur place, on y tient à ce Trophée ! [2]
Vingt-cinq ans après l’installation du Trophée Andros à Lans en Vercors, alors qu’il est connu dans le monde entier des courses automobiles diverses, il est de bon ton de dire : « que ce type de course automobile n’a pas sa place dans le Vercors, parce que pas compatible avec la Charte du Parc » ! C’est affirmé sans réfléchir aux conséquences désastreuses pour les commerces locaux, de Lans à Corrençon, qui souffrent du manque d’enneigement chronique et, en opposition, sans penser aux dégâts causés à la nature par les divers autres aménagements, quasi anarchiques et irrécupérables, effectués par des protagonistes dans le Vercors, depuis vingt-cinq ans."

Un peu d’histoire :

Evènement célèbre en France, même au-delà, et très festif de l’automobile, le Trophée Andros a lieu, outre à Andorra, dans plusieurs lieux montagnards de France : Val Thorens, Alpe d’Huez, Isola 2000/Alpes Maritimes, Clermont/Superbesse, Saint Dié des Vosges et sur le circuit des Montagnes de Lans, à l’entrée du Parc du Vercors où il était, les 16 et 17 janvier dernier, pour la vingt cinquième fois.

Il est une aventure menée, depuis trente ans, par deux amis, passionnés dans tout ce qu’ils entreprennent : Frédéric Gervoson, Président de la société Andros (les confitures, compotes et autres délices) et Max Mamers, pilote automobile de très haut niveau reconverti dans l’organisation d’événements sportifs [3] [4].
Leur soucis, bien avant d’autres organisateurs de courses semblables, est de respecter l’environnement de la meilleure manière possible, voire absolue à Lans en Vercors, comme dans les autres lieux de France. Cela ne date pas d’hier. En 2009, Max Mamers a inauguré, dans la ville de Pau, la première course mondiale de vitesse, cent pour cent électrique ; depuis, elle fait partie du Trophée Andros. Ces voitures électriques résultent des « Andros Cars » créés par la société Exagon Engineering [5].

Nombreux sont ceux qui y ont participés, tels Luc Alphand, Paul Belmondo, Anthony Beltoise, Jean-Pierre Beltoise, Alain Prost, Ari Vatanen…la liste est longue, y compris féminine. Au 1er décembre 2014, deux cent cinquante et une courses avaient été disputées dont vingt-quatre à Lans en Vercors. Elles ont été suivies par un nombre croissant de public passionné ou simplement curieux, grands et petits. L’arrivée du Trophée Andros est attendue d’une année à l’autre, où qu’il ait lieu. C’est donc bien un événement pérennant à Lans en Vercors, quoiqu’en dise le « voisin » le plus proche du site qui, certainement, ignore qu’une telle manifestation ne s’organise nulle part tous les mois. Sans doute, en lieu et place, d’aucuns voudraient instaurer des courses de char, telles que celles de l’antiquité et, de préférence, illuminées au moyen de torchères munies de flambeaux.

Nombreux aussi sont les bénévoles qui, par passion, accourent de toute la France sur les sites (Lans en Vercors compris), partager, dans une bonne ambiance malgré la froidure, les différentes tâches inhérentes à ces organisations, allant de la billetterie, des postes de contrôle, des buvettes, aux cuistots, en passant par les techniciens divers, telles l’ASA St-Marcellinoise et celle de Montélimar ; sans compter, tous aussi sympathiques les uns que les autres, les secouristes, dont deux médecins urgentistes, la Police municipale, les gendarmes, les commissaires de piste, et j’en passe.

Ainsi, Sylvie, chronomètrice durant quelques années : «  je suis sur l’Andros depuis deux ans et j’espère bien revenir au prochain, à Lans, car j’apprécie l’ambiance et le merveilleux paysage au milieu duquel il a lieu. Mon métier, m’a permis de découvrir la France, je ne connaissais pas le Vercors et le peu que j’en ai vu m’a décidée à y revenir cet été » ; Mélanie qui, depuis deux ans, vient de la région parisienne « avec le plus grand des plaisirs  », ou Charlotte « j’habite en Grésivaudan et je participe, en tant que bénévole, à l’Andros depuis quatorze ans, au début j’étais à la buvette extérieure et, malgré le monde à servir, j’étais complètement glacée… ».
Outre le grand espace mobile réservé à la presse, il y avait : celui concernant les VIP, le paddock, couvert, pour les concurrents hommes et femmes avec leur bolide et les mécaniciens, la grande tente qui abritait les douze motards dont Vivien Gonet, le camion hébergeant la « Boutique » fort bien achalandée, la buvette extérieure avec ses boissons chaudes destinées au public, tenue par les « amis des Coulmes », un « point d’accueil » où, tour à tour, les bénévoles pouvaient se réchauffer autour d’un bon café ou d’une excellente soupe, un grand « restaurant de campagne » où Christian et son équipe ont préparé et servi 750 repas succulents en deux jours d’activité intense, tandis que sur la piste résonnaient les grondements des moteurs, les crissements des roues mordant la glace du circuit et les vrombissements des motos de l’AMV CUP (anciennement le Pilot Bike) bloquées sur la ligne de départ. Vers 22 h 55’, leur course a dû être arrêtée quelques minutes, du fait, malheureusement, de chutes et d’évacuations du circuit. Ce sont souvent les jambes et les genoux qui sont en souffrance.

Le vendredi 16, le Trophée a bien failli être annulé du fait des pluies diluviennes tombées l’après-midi, empêchant que cette première journée puisse se dérouler comme prévue et obligeant les pilotes à rester au sec dans leur stand. A 16h l’herbe était bien verte tout autour de la piste partiellement gelée. Aux environs de 19h, presque d’un coup de baguette magique, l’eau s’est transformée en neige et une heure après elle dépassait tous les espoirs, en permettant de lancer la première des quatre courses de la soirée, à la grande satisfaction des organisateurs, des bénévoles et surtout des spectateurs venus en nombre. Le lendemain, samedi, la neige s’étant installée avec le gel, la compétition s’est déroulée sous de meilleurs augures.
Trente-trois pilotes y ont participé, dont le très connu présentateur du Journal de 13h, de TF1, Jean-Pierre Pernaut présent sur le site depuis dix ans, ainsi que son fils Olivier, Oliv pour les intimes ; onze femmes au volant de Sprint Car et douze motards qui, en fin de course, s’adonnèrent à de spectaculaires avancées sur leur roue arrière… Aurélien Panis, Vincent Beltoise, Franck Lagorce avec sa jolie Andros à croquer, Louis Gervoson, J.P. Dayraut, le grenoblois Olivier Panis, le finlandais Tooma Heikkinen, Bérénice Demoustier, Marlène Broggi, les russes Vasily et Nikolay Gryazin, comme Jessica Gustin, Marine Mercier, Elisa Chevillon au volant de leur Sprint Cars aux couleurs chatoyantes et j’en passe ne pouvant les citer tous, hélas [6]. Pour l’ERDF Trophée Andros Electrique était invité Eric Hélary qui, en 1993, avait remporté les 24 heures du Mans. L’AMV CUP avait convié Antoine Méo , quatre fois champion du monde d’enduro entre 2010 et 2013 ainsi que Vincent Philippe, octuple champion du monde d’endurance moto et sept fois au Bol d’Or, entre 1992 et 2014.

Jean-Pierre Pernaut m’a gentiment accordé deux minutes avant de rejoindre son stand : « … C’est la dixième fois que je viens à Lans en Vercors pour le Trophée Andros, c’est ma dixième saison, c’est mon fils aîné pilote professionnel qui m’a entraîné et puis je suis pilote aussi donc je m’amuse, je me détends deux mois dans l’année, les week-end dans la neige et dans la glace et j’adore cela…. » Et «  cela vous maintient en forme pour la TV … » «  … bien il paraît, regardez, vous aussi êtes en forme, quand on habite à la montagne, cela aide à bouger un peu, cela détend surtout la tête, et puis à l’intérieur d’un casque on n’est plus présentateur à télé, on est un pilote parmi d’autres, un petit amateur qui essaie de progresser… » et votre fils participe à l’Andros, depuis quand ? « Ah, lui est là depuis onze ans et puis c’est lui qui m’a emmené au Trophée Andros, il est parmi les meilleurs du Trophée, dans les dix premiers, moi je suis derrière, dans les amateurs, dans la deuxième catégorie mais Olivier est un pilote qui fait de la course toute l’année, dans d’autres catégories comme la Fun Cup, la Racecar, la GTI… enfin plein de compétitions…bon je vous laisse, on m’appelle..  ». A grandes enjambées, il a rejoint son stand.
Un peu plus tard, lancé à pleine vitesse sur la piste, Jean-Pierre Pernaut a heurté un rocher (m’a-t-on dit) et leur DS3 s’en est tirée moins bien que son conducteur qui a été quitte pour plus de peur que de mal. Le tour de force a été mené par les mécaniciens de Saintéloc qui ont réparé la voiture en une heure, permettant ainsi au père et au fils Pernaut de participer aux finales. Olivier s’est placé 10ème, devant Béroujon et Fontanel dans la course 2, Elite 1.

Il est bien évident que tous les concurrents et les suiveurs sont hébergés entre Lans et Corrençon en Vercors, ce qui est un plus pour les hôteliers et autres commerçants qui n’ont pas été gâtés par le catastrophique été ni par l’annulation de la « Foulée Blanche » pour manque de neige…

Le soleil qui avait fait défaut durant la journée, s’est réveillé cinq minutes avant la tombée de la nuit et à embrasé la forêt tout en illuminant furtivement la piste. Le froid s’est fait plus intense sans atteindre l’ardeur des concurrents, ni des multiples bénévoles autant heureux et conscients, les uns et les autres, de participer à un des événements majeurs de l’année, en Vercors. Les feux des rampes se sont éteints aux environs de 2h du matin.

Tribune de Henrianne van Zurpele pour www.initiatives-vercors.fr - 7 février 2015.



Partagez cette info sur...


REAGIR / PROPOSER... Commentaires sous la responsabilité de leurs auteurs, sans engager l'auteur de l'aticle ci-dessus ou le site.

Messages

    Surprenant de la part de la présidente du Parc Régional du Vercors. Où est la gène ? J’habite dans la vallée en dessous du circuit et je n’entends aucun bruit. Les spectateurs ont apprécié aussi la course des voitures électriques. Comme quoi la responsable d’un Parc Naturel sensé soutenir la vie locale est prête à détruire une manifestation aux retombées économiques importantes. Par contre faut-il signaler qu’elle était pour HADRA, avec ses dégats prouvés et dont la population ne voulait plus ! Voilà où même la politique politicienne.

    EELV ne s’est guère distingué par ses décisions brillantes depuis 2012 où le gouvernement leur a donné la possibilité d’être créatrice. Ces vieilles bagarres consistant a bannir les véhicules ... Et les touristes ne tiennent pas debout... Que les membres d’EELV cessent de pratiquer la démagogie et ils deviendront enfin crédibles.

    C’est sûr, il faut maintenir cette course. Si M.Pernaut participe, c’est bien pour le Vercors

    Il est grand temps que cette débauche de consommation d’énergie cesse ! Comme d’ailleurs tout ce qui est inutile en terme de pollution non nécessaire. Encore plus chez nous ! Un bon référendum sur la question serait appréciable non ? il faut quand même savoir qu’une grosse partie du macadam a été financé par les contribuables de Villard de lans (merci jean-Pierre !).
    Non ! quand même ! habitant sur un parc comment voulez vous être crédible quand on voit les efforts faits par les producteurs (lait, viandes, etc...) pour être le moins polluant possible, la commercialisation touristique par les OT du Vercors en temps que montagne, espaces, nature, bien-être et tout le tralala ! Les efforts que l’on demande à tous par le biais de la CCMV afin se regrouper et faire du covoiturage et circuler en vélo. Avant ce circuit il n’y avait rien et ce n’est pas pour cela que les commerces ont fermé. Sauf que toujours plus ! semble le maître mot chez nous. plus de touristes, plus de voitures, plus de frique, plus de tout. HALTE ! restons pour être bien ou partons pour être mieux !!! Merci Madame Brette pour vous mettre en travers des gros lobbying et autres trust pour touristes friqués. Enfin une politique du courage.

    "Leur soucis, bien avant d’autres organisateurs de courses semblables, est de respecter l’environnement de la meilleure manière possible, voire absolue à Lans en Vercors" Laissez moi rire ! un mépris total des règles édictées par la ccmv pour les déchets, aucun effort, de belles paroles, une belle charte, mais tout cela est du vent sans une réelle volonté de réduire l’impact d’une telle manifestation. Des voitures élèctriques ? bien, si ce n’est que pour les recharger, d’énormes groupes fonctionnant au GO sont mis en route...
    Je peux comprendre que la passion de certains les amène à soutenir une telle manifestation, mais soyez honnêtes et ne mettez surtout pas en avant un prétendu respect de l’environnement !

    Bonjour à tous, merci pour vos avis, dont 2 très critiques vis à vis des organisateurs et 4 enthousiastes me semble t-il. Je trouve également que si l’on est "contre" un tel événement festif il faudrait aussi être "contre" les autres : trail, traversée du Vercors, etc... pour la simple raison évidente, que les très nombreux participants à ces événements-là n’arrivent pas à pieds sur les lieux de départs, mais bien en voitures non électrique, ni à vapeur !!!

    • Bonjour, oui vous avez raison.
      les courses de masses sont aussi "promoteuses" de circulation et de mise à disposition de "grand" parking qui étanchéifient les sols et prennent la place sur la biodiversité, les zones humides,.. ;.
      SAUF que pour les "rallyes" il y a accumulation. Circulation des visiteurs et en plus circulation des concurrents pendant une course qui néglige la sobriété... Bien sur ce trophée se fait aussi la nuit avec beaucoup éclairage électrique...
      Du coup ce n’est pas comparable.
      De plus il y a un travail de fait sur la transvercors par exemple mais pas sur la fête du bleu, de pratiquer, encourager le covoiturage et la prise de navette de transport en commun.
      Pour autant il est stipulé dans la charte du Parc encore en vigueur que les communes s’engagent à ne pas en faire la promotion des sports de loisirs motorisés.

      Une information sur la dualité installée entre espace et espèces...
      l’équivalent de 360 terrains de foot est transformé en route, autoroute ou parking chaque année en région R-Alpes. 5000 terrains de foot avalés par l’urbanisation en R-A /an.
      hop !

    Bonjour, j’ai oublié de poser une question aux : Le Grec et jptroiselement à qui s’est ajouté Rebelvert : comment vous déplacez-vous sur nos jolies routes vercusiennes ??? à pieds, à cheval, en trottinette, en charrette tirée par un ou 2 chevaux ou bœufs, en vélo avec ou sans moteur à essence ou électrique (attention l’électricité employée pour recharger les batteries n’est pas solaire) ??? En ce qui me concerne, voilà plus de 20 ans que je me déplace le plus souvent à pieds, en stop ou en bus quand c’est possible ; dans mon village actuel, à part les bus scolaires, il n’y a rien. Il vous suffit de contrôler auprès du rédacteur en chef de www.initiatives-vercors. Quant au covoiturage... les essais ont été nuls sur les Quatre-Montagnes et le sera bien longtemps encore, le "stop" n’y est pas du tout facile (surtout depuis Méaudre), autrement dit : il faut beaucoup de courage pour abandonner l’idée de la possession d’une automobile qui, soit dit en passant, est hyper nécessaire dans la vie actuelle.

    • Bonsoir,
      70% de l’énergie électrique consommée sur le Vercors provient d’énergie renouvelable. Hydraulique en majorité (étude faites en 2006 disponible au Parc du Vercors et RAEE), solaire ensuite. Pour ma part, par exemple, je recharge mon vélo électrique chez moi avec du solaire qui se trouve sur mon toit. Je suis aussi coopérateur d’une coopérative comme il y a sur les 4 montagnes qui promeut et investie dans les toits solaires.
      Mais pour bien comprendre l’attrait de la région la promenade est bonne au début pour en connaitre les contours. C’est bien !
      Pour autant le stop et le covoiturage sont bien installés car mes enfants (comme beaucoup de leur amis) circulent comme cela ici et ailleurs ce qui fait que les économies faites sur le permis et les véhicules permettent de faire plus de chemin et de fêtes...
      Le fait de combattre les rallyes n’impose pas de revenir aux calèches ni même à la bougie... La transition qui se joue actuellement entre les fossiles (ceux qui restent sur les schémas pétrolifères) et les nouveaux qui développent la sobrièté et l’éfficacité énergétiques permet de voir devant, pardon de vent. Le nucléaire et le pétrole sont derrière l’avenir est de vent !
      A savoir que le vent provient d’un thermique déclenché par l’action du soleil...
      L’avenir sera mieux sans avoir à chasser les énergies, elle sont si proches et faciles d’utilisation, sans danger toxique ni rejets problématiques.
      Actuellement il y a 600 milliards de subventions mondiales qui vont aux énergies fossiles. Seulement 100 milliards de subventions vont aux énergies renouvelables.
      Hop !
      Mettez vous à l’aise en 2016 !!!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Pas de message anonyme ! Dîtes qui vous êtes (au moins le prénom) et laissez votre adresse email pour être prévenu(e) d'une éventuelle réponse...
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document




Les pages "village"...

Auberives-en-Royans ... Autrans ... Beaufort-sur-Gervanne ... Beauvoir-en-Royans ... Bouvante ... Chamaloc ... Château-Bernard ... Châtelus ... Châtillon-en-Diois ... Choranche ... Combovin ... Corrençon-en-Vercors ... Die ... Échevis ... Engins ... Gigors-et-Lozeron ... Glandage ... Grenoble ... Gresse-en-Vercors ... La-Chapelle-en-Vercors ... Lans-en-Vercors ... Léoncel ... Malleval ... Méaudre ... Oriol-en-Royans ... Ponet-et-Saint-Auban ... Pont-en-Royans ... Presles ... Rencurel ... Rochechinard ... Romeyer ... Saint-Agnan-en-Vercors ... Saint-Andéol ... Saint-André-en-Royans ... Saint-Gervais ... Saint-Hilaire du Touvet ... Saint-Jean-en-Royans ... Saint-Julien-en-Quint ... Saint-Julien-en-Vercors ... Saint-Laurent-en-Royans ... Saint-Martin-en-Vercors ... Saint-Martin-le-Colonel ... Saint-Nazaire-en-Royans ... Saint-Nizier-du-Moucherotte ... Saint-Romans ... Sainte-Croix ... Treschenu-Creyers ... Vachères-en-Quint ... Vassieux-en-Vercors ... Villard-de-Lans ...